Assurance de vie : Fonctionnement : souscripteur, clause, versement, rachat

clause, versement, rachat

Plus d’une fois dans la vie réelle ou à la télé vous avez entendu parler de la fameuse assurance-vie et on vous conseille même d’y souscrire. Or vous ne savez absolument rien sur cette assurance. À quoi sert une assurance vie ? Est-elle si indispensable ? Comment elle fonctionne ?

Définition

L’assurance vie est un placement qui consiste à valoriser un capital, un bien, un patrimoine. Sa finalité est de sécuriser l’avenir de soi et de ses proches.

Mais l’assurance vie est avant tout un engagement entre un assureur et un souscripteur selon un délai déterminé. L’assureur verse alors un capital ou une rente au souscripteur ou au bénéficiaire et en contrepartie le souscripteur accepte de verser une cotisation à l’assureur. Il existe deux cas où l’assurance vie prend effet : en cas de vie et en cas de décès.

Ses avantages ? On peut ouvrir ce type d’assurance quel que soit l’âge, et en ouvrir plusieurs pour chaque placement.

Fonctionnement

Comme l’assurance vie nécessite un traitement fiscal, il est vivement conseillé d’y souscrire rapidement même avec un capital minimum de 50 euros. La fiscalité avec cette assurance est avantageuse et moindre en cas de rachat, en cas de décès et transmission aux bénéficiaires.

Ensuite, le souscripteur aura trois choix de versement de capital : unique ou total, libre selon les moyens à disposition, programmé selon un montant et une périodicité convenus entre souscripteur et assureur. Mais le souscripteur peut retirer le capital qu’il a investi : on parle alors de rachats. Comme avec les versements, il y a trois types de rachats : unique avec fermeture du contrat, partiel, partiel programmé. En cas de nécessité absolue, l’assureur peut délivrer au souscripteur une avance sur le capital convenu mais pour une durée limitée.

Il est possible pour le client d’optimiser la valeur d’un placement ou de le diminuer selon des critères préétablis, cette optimisation consiste alors à associer le placement à un support financier plus sécuritaire : on parle alors d’arbitrage.

Cependant, même si l’assurance vie est très flexible elle occasionne également des frais à la souscription, durant les versements, les arbitrages et les sorties de capital.

Clauses bénéficiaires

Cette clause permet au souscripteur de désigner le bénéficiaire de son placement dans le cas de décès du souscripteur. Mais si aucun bénéficiaire n’a été désigné d’office, les avantages fiscaux liés à  la transmission du capital n’ont plus de raison d’être.

Pour plus de détails sur les assurances vies, rendez vous sur le site www.assufinance.fr.