Placements financiers : comment protéger son capital ?

Placements financiers

L’investissement sur un placement financier reste le seul moyen de protéger un capital conséquent tout en le fructifiant à condition de choisir un produit rentable et surtout présentant une certaine garantie. Puisqu’il existe une multitude d’offres proposées sur le marché, voici donc quelques conseils et astuces pratiques pouvant vous aider à bien choisir lors de la souscription.

Quels sont les éléments à considérer pour protéger son épargne ?

Afin de mettre à l’abri un capital épargné, investir dans un placement financier se présente comme la solution idéale puisque vous disposez d’une large gamme de produits et supports en fonction de vos objectifs. La première chose à savoir pour réussir un investissement, c’est d’éviter les placements promettant un fort rendement. Ces derniers impliquent souvent un risque élevé, voire une arnaque. De même, les produits dérivés et placements spécifiques (diamant, or…) sont aussi à proscrire selon l’AMF. Afin de trouver le support d’épargne adapté, assurez-vous d’abord que le placement soit préservé contre l’inflation. Cela implique notamment une rentabilité proposant un taux annuel supérieur ou égal à la variation des prix. Il faudra ensuite vérifier si le capital est garanti. En l’absence de cette sécurité, l’épargne n’est pas à l’abri. Dans le cas d’un fonds en euros, le taux de rendement est déterminé à la signature du contrat.

Vérifiez par ailleurs l’importance des frais de procédure sur vos gains. Pour un investissement sans risque avec une rentabilité acceptable, mieux vaut se tourner vers des produits peu chargés en frais d’entrée, de gestion ou de sortie. Le délai avant l’encaissement ou le retrait des fonds reste également une question essentielle. Il détermine en effet, les modalités de récupération (rapide et sans pénalités) du capital en cas de difficultés financières. Vu l’importance des choix à faire, solliciter les conseils d’un expert comme Julien Vautel peut vous être utile.

L’assurance-vie : un placement multi-support

Parmi les placements financiers préférés des épargnants, l’assurance-vie promet un capital garanti avec un rendement plus ou moins élevé permettant de compenser l’inflation. C’est notamment le cas d’une assurance-vie investie dans un fonds en euros. Contrairement aux unités de compte dépendant des fluctuations de la bourse, ces fonds bénéficient d’un taux fixé à l’avance. Parmi les produits en assurance-vie, les fonds en euros classiques sont les plus courants avec un rendement avoisinant les 2,9 % par an. Les meilleures offres proposent au moins 2,2 % annuellement. Les fonds en euro-croissance sont assez récents et ne promettent des rendements réels qu’après quelques années.

Les fonds euros investis dans l’immobilier garantissent par ailleurs un rendement supérieur à l’investissement immobilier habituel. Ils impliquent cependant un placement sur des unités de compte. Ce qui peut comporter un certain risque. Il est par ailleurs possible d’investir dans des fonds en euros dynamiques, mais la prudence est de rigueur. Pour éviter les grosses pertes en cas de chute du marché, répartissez votre capital à raison de 30 % sur chaque type de fonds en euros existant. Il convient de noter que les offres proposées sur Internet bénéficient de frais de souscription réduits et d’une fiscalité avantageuse, mais il faudra respecter un délai d’épargne de 8 ans.

Les livrets défiscalisés et l’immobilier

Les livrets défiscalisés proposent certains avantages en matière de liquidité et de garantie, mais également en termes de frais (quasiment nuls). Avec une rémunération plus ou moins élevée, ils proposent des frais amoindris (d’entrée, de gestion et de sortie), mais n’offrent pas une protection maximale contre l’inflation. Quoi qu’il en soit, ces livrets permettent de fructifier les fonds en attente d’investissement. Ces épargnes se présentent sous 3 types de formules à savoir le livret d’épargne (taux attractifs), le compte à terme (pour anticiper les taux d’intérêt stagnants) et le compte courant rémunéré (avec des taux nuls). Face à la diversité des produits présents sur le marché, contactez un conseiller financier comme julien vautel pour vous aider à choisir.

L’immobilier dans sa forme traditionnelle (c’est-à-dire acquisition d’immobilier, mise en location et gestion locative) monopolise aujourd’hui encore plus de 70 % de l’épargne des contribuables. Il permet en effet de protéger leur capital sur le long terme à l’abri des variations boursières contrairement à l’achat de parts dans des entreprises immobilières cotées. Dans certaines communes, les rendements peuvent atteindre jusqu’à 4,5 % l’année. Le manque de liquidité ainsi que les contraintes (réglementaires et financières) s’accumulant au fil des années représentent ces principaux inconvénients.

D’autres placements financiers à risques amoindris

Dans la catégorie des produits financiers exposés aux risques des variations du marché, on peut également citer les gammes h. Il s’agit d’autocalls proposés par certains organismes spécialisés permettant de débloquer automatiquement les fonds, une année après la souscription. Les gammes H peuvent s’étendre jusqu’à 12 ans au maximum avec des plus-values atteignant 7 à 9 %, sous réserve de conditions. Si vous êtes aventureux, les fonds à promesse représentent aussi un excellent moyen de protéger un capital. Il faudra cependant opter pour un fonds à capital garanti et ainsi s’assurer que la totalité des fonds versés sera récupérée à l’échéance du contrat. Promettant un bon rendement et une certaine sécurité, ces fonds à promesse requièrent souvent des frais élevés à vérifier avant toute souscription. Pensez également à vérifier la disponibilité des liquidités qui dépend généralement de la date d’échéance.

Même si les cours de l’or sont volatiles, ce produit reste encore une valeur refuge qui met votre capital à l’abri de l’inflation. Si vous envisagez d’en acheter, l’idéal est de privilégier les lingots ou les pièces frappées.